Essai pour un paradis

Publié le par L.CG.







Depuis ton départ, il me reste un moi à vivre

 

Que c’est long

 

 

Je suis brisé

 

Et je ris aux éclats

 

 

Il est tant de lieux où je ne peux plus me rendre

 

Sans souffrir du vide de ton absence

 

 

J’ai gaspillé tant d’amour

 

 

Il faudrait me racheter une âme

 

La mienne a crû

 

 

Entre les roches, Ses racines exsangues

 

Ont répandu un faible ombrage

 

Mes épaules nues

 

Où les ans pèsent comme la neige.



 

l. cagin, M./III/09, T0995




Retour au sommaire

Publié dans textes

Commenter cet article