Chanson du murailleur 3

Publié le par L.CG.






Traces tues de vagues évaporées

 

 

 

entre hier évanoui

 

et demain qui peut ne pas être

 

 

 

je fixe les constellations de poussière

 

dans le rayon de soleil

 

qui perce la pièce assombrie

 

 

 

nacre lisse, coquille vide

 

douce braise aux cendres de mes bras,

 

 

 

seule reste la mémoire

 

inscrite dans la chair des pierres.

 

 

 

 

 

L.Cagin

Commenter cet article

Koulou 09/03/2010 12:06


magnifique image, douce braise au cendres de mes bras... mais demain peut toujours naitre. Différent, inattendu, certes mais nouveau toujours.