Chanson du murailleur 5

Publié le par L.CG.

 

 

Je préfère l’internationale du genre humain 

Au sang impur qui abreuve vos sillons

 

 

Ce à quoi j’ai cru dur comme pierre 

A glissé liquide sous mes pas devenus de sable littoral

 

 

Dans l’aurore des dieux je m’athère 

Dessine des lignes à l’horizon 

De riches à plats 

où l’éphémère trouvera un asile miraculeux. 

 

 

 

 

L.Cagin T1229, 10VI

 

Retour au sommaire

Commenter cet article

boitarecettes 03/12/2011 09:59

...et j'aime beaucoup ton poème

véro 01/12/2011 12:40

...et j'adhère complètement!...